mercredi 27 avril 2011

"Les postiers, messagers de l'espoir" au Japon

Dans son numéro 1067 du 14 avril 2011 - et consultable en ligne, Courrier international proposait un article du journal Asashi Shimbu de Tōkyō. Un mois après le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars, deux reporters suivaient la reprise de l'activité postale dans le Tōhoku.

À Ishinomaki, soixante-dix personnes - employés, clients, passants - ont passé trois jours au premier étage du bureau de poste dans lequel par la grande vague a emporté courrier, motos, voitures et détruit les machines.

En une semaine, le directeur du bureau a relancé le tri à la main à l'aide des listes de survivants regroupés dans des camps. La solidarité d'entreprise a permis de retrouver des engins de déplacement et de l'essence rapidement.

Les quelques habitants présents en train de remettre les habitations les moins dévastés en état ou ceux abrités dans des centres de secours sont surpris et heureux de ce lien avec l'extérieur : pas tellement des factures que les ordinateurs de créanciers et les machines de tri de la mégalopole continuent de débiter malgré tout, mais par les cartes postales que les proches envoient à défaut de lien téléphonique en fonctionnement.

Référence : Kazuyo Nakamura et Takuro Negishi, « Les postiers, messagers de l'espoir », Asashi Shimbun, Tōkyō, avril 2011 ; traduction, Courrier international n°1067, 14 au 20 avril 2011, page 30.

lundi 25 avril 2011

Mariage princier, c'est de saison

Sur un blog britannique spécialisé dans le règle de George V, une page richement illustrée est consacrée au mariage de la princesse Elizabeth avec Philip Moutbatten, le 20 novembre 1947 : flamme d'oblitération britannique et timbre canadien à l'effigie de la future reine.

Le British Postal Museum and Archives (BPMA) permet encore de revoir l'exposition sur les effigies de la reine Elizabeth, dont le premier timbre date de 1932, à six ans, à l'initiative du dominion de Terre-Neuve.

samedi 23 avril 2011

À défaut d'invitation royale...

À défaut d'être invité par la Reine au mariage de son petit-fils, le 29 avril 2011 prochain, Ian Billings de Norvic Philatelics a découvert une compensation.

La publicité de Royal Mail pour ses produits philatéliques liés au mariage est incluse dans une enveloppe affranchie d'un first class Machin. Celui-ci, comme les autres depuis 2009, dispose des dispositifs de sécurité : découpe en surface pour déchirer le timbre à détacher, encre brillante selon l'inclinaison et un code à lettres.

Ce code à lettres permet de distinguer la forme de vente, voire l'année, du timbre. Ainsi, dans les inscriptions ROYAL MAIL en vague à l'infini, une lettre est modifiée (ou deux pour l'année).

En théorie, le plus rare pourrait être le MRIL visible sur cet envoi publicitaire car il sert sur les timbres issus de rouleau de dix mille timbres !

Ces rouleaux, comme signalés en 2009, sont vendus par le service de vente par correspondance de Royal Mail, à Edimburgh, mais pas celui ouvert aux collectionneurs : celui des entreprises (Royal Mail Direct). Soit 4600 livres pour le first class et 3600 pour le second class depuis le changement des tarifs, le 4 avril 2011.

Parfois vu sur les courriers en grand nombre au tarif économique (timbre 2nd class bleu), on comprend l'enthousiasme du marchand de Norvic quand il reçoit de telles publicités.

----

Pour ceux qui veulent suivre les recherches d'Ian Billings sur les Machin sécurisés au fur et à mesure de ses trouvailles, par ici.

vendredi 22 avril 2011

Dans les coulisses du mariage

Le service philatélique de Royal Mail propose une vidéo sur l'impression des blocs-feuillets émis hier, jeudi 21, à l'occasion du mariage du prince William qui aura lieu vendredi prochain, le 29 avril 2011.
3,20 livres sterling le bloc pour deux timbres première classe à 46 pence
et deux timbres monde 20 grammes à 1,10 livres (ouch !) depuis le 29 mars
(Royal Mail).

C'est Walsall qui a remporté le marché de cette fabrication détaillée pendant le clip, un peu dans le désordre : vérification des feuilles non coupées, dentelure, encre et couleurs, vérification par les imprimeurs, vente au guichet.

Depuis octobre 2010, Royal Mail dispose d'une chaîne sur YouTube, et toujours de sa boutique avec depuis hier une page princière.

jeudi 14 avril 2011

Rousso, amateur de variété suédoise

En page 10 du Stamp Magazine de mai 2011, Julia Lee rapporte la trouvaille de ses confrères de Stamp News Australasia dans leur numéro de février 2011. David Feldman a parlé : il a enfin dit qui avait acheté en mai 2010 - et presque pour combien - le Treskilling jaune.

Le marchand irlandais basé en Suisse y décrit la succession des propriétaires, heureux ou malheureux, de cette variété de couleur depuis les années 1970 à nos jours.

Armand Rousso, grand fusionneur d'entreprises philatéliques françaises (catalogues, vente par correspondances de tout standing, etc.), pour un peu moins que le record de la vente précédente de 2,3 millions de dollars des États-Unis.

Peut-être une prochaine pièce exposée au salon de prestige des Champs-Élysées, en mai prochain ?

- - - -

Les numéros de Stamp News Australasia sont disponibles à la lecture sur leur site trois mois après parution, donc normalement en juin pour celui qui concerne l'entretien avec Feldman. Çà, c'était, à mes yeux, la découverte la plus importante de ma lecture britannique.