vendredi 22 mai 2020

Voyager au "pays de l'été"

Puisqu'il va être difficile de voyager loin pendant quelques temps avec le covid-19, retournons aux flammes touristiques de la grande époque.
Flamme jamaïcaine sur lettre pour la Suède, oblitérée le six novembre 1954.
Voici un beau paysage montagneux et forestiers sur une flamme d'oblitération de Jamaïque des années 1950, qui se marie bien avec le timbre bicolore sur la culture et l'exportation de la banane.

lundi 18 mai 2020

Les vacances 2020 à Roeselare

Charmante surprise au courrier ce jour, le philatéliste belge Patrick Maselis, le serial personaliser dit Le Chocolatier flamand, a pensé aux nombreux collectionneurs isolés par le confinement ou les strictes consignes de distanciation sociale.
Timbre et oblitération personnalisés de Belgique. Le timbre reproduit le logotype de la Société philatélique royale de Londres dont Patrick Maselis a été président de 2017 à 2019.
La famille Maselis a diffusé sa bonne humeur depuis la ville de Roeselare, en Flandres-Occidentales - ou Roulers pour les francophones.
Roeselare by night.
Qui propose des promenades nocturnes le long du canal rejoignant la Lys. Un canal-impasse puisqu'il part d'une usine agro-alimentaire, visible sur la carte postale.

L'office du tourisme local pourrait-il faire mieux ?
Une invitation à passer de longues vacances dans un isolement splendide : soixante-trois mille habitants, de la plaine cyclable à perte de vue jusqu'à la mer du Nord ou la France.

D'ailleurs, Google Maps indique directement un Musée national du cyclisme, un magasin Decathlon... et aussi le château de Rumbeke - une ferme seigneuriale transformée en manoir à l'époque moderne.

Accessible en train, ça peut, en effet, faire une étape dans un tour de Belgique.

Merci.

mercredi 13 mai 2020

Des timbres personnalisés pour sauver l'USPS

Dimanche soir 10 mai 2020, sur la chaîne à péage HBO, l'animateur britannique John Oliver a expliqué à ses téléspectateurs télévisés et internautes via youTube pourquoi l'United States Postal Service est gravement menacé d'ici l'automne.

Le principe de son émission Last Week Tonight est de faire le point avec humour sur l'actualité de la semaine, avec l'aspect dérangeant est que la partie sérieuse de chaque segment est aussi sourcée que possible.

Concernant le Service postal des États-Unis, il est rappelé que la chute du courrier envoyé et le coût de délivrer courrier et colis partout sur le territoire de l'État-continent avec des tarifs postaux uniformes expliquent le risque de défaut de paiement de l'USPS dans quelques mois.

Sauf qu'en remontant le temps, comme d'autres articles de la presse d'informations l'ont fait, on revient sur la loi bipartisane de 2006 qui lui impose d'avoir en réserve plusieurs décennies de pensions de retraite de ses employés, soit plus de cinq milliards de dollars !!!

Et aucune autre entreprise aux États-Unis n'a cette obligation.

Sauf qu'en plus Donald Trump a une dent contre l'USPS : ce dernier perdrait de l'argent car il se fait sous-payer le transport des colis d'Amazon, propriété d'un milliardaire qui possède également un journal quotidien que le président des États-Unis abhorre.

Sauf que l'USPS doit présenter des comptes suffisants : il ne peut pas vendre ses services en-dessous du prix coûtant. Donc, les colis Amazon ne sont pas délivrés à perte, estime John Oliver. (note : la complexité des coûts d'une entreprise qui doit le service universel, même à ses concurrents,... je ne garantis pas l'ensemble).

Et, en plus, les États-Unis sont en année électorale présidentielle et, comme le vote a lieu un jour ouvrable, nombreux sont ceux qui votent par correspondance et nombreux sont ceux à qui les militants politiques démocrates encouragent de voter ainsi pour pouvoir aller au travail, éviter les aléas politiciens locaux (le gerrymandering n'en étant que le plus visible - expliqué ici simplement).

Le Parti républicain et son leader tenteraient-ils de limiter le vote des parties de la population à tendance démocrate en sabordant l'USPS ? À quelles conditions les représentants et sénateurs républicains au Congrès accorderont-ils une marge de manœuvre financière à l'USPS ?

À court terme, il reste un mouvement populaire qui a débuté il y a quelques semaines quand les journaux ont signalé le problème : des particuliers ont décidé d'acheter des timbres.

Pour poster du courrier. Pour les conserver et aider à leur petite échelle l'USPS.

John Oliver a donc décidé d'encourager ses téléspectateurs à faire de même : avec le service privé de personnalisation de timbres, il a mis en vente une feuille de vingt timbres au logotype de son émission et de ses principales mascottes.
La feuille à commander sur stamps.com.

En visuels, trois des personnages ayant permis de commenter certains reportages, dont un écureuil qui a pu dire ses quatre vérités à un magnat des mines polluantes, et un timbre imitant la manière de parler de Oliver : "And now... A Stamp."

Quatorze dollars partagés entre la valeur postale pour l'USPS et la plus-value de la personnalisation.

Mais, il faut résider aux États-Unis pour pouvoir les commander.

Pour les amateurs de la chose postale, les ponctuations humoristiques rappellent que les postiers sont des humains, qu'on savait faire du reportage d'information dans les années 1950, et que l'USPS a tenté de mêler hip-hop et philatélie dans les années 1990...

dimanche 10 mai 2020

Plus de timbres sur le courrier international du Pakistan

Entre le premier mai (mise en vente) et le six mai (premier usage), le monde philatélique a célébré les cent quatre-vingts ans du premier timbre-poste et, en conséquence de la réforme postale : par l'achat préalable de vignettes d'affranchissement, l'expéditeur n'avait plus à se rendre dans un bureau de poste à chaque envoi.

La poste du Pakistan vient de balayer ça d'un revers de main fin avril, avec application depuis le deux mai 2020 !

Le premier mai, Qaiser Sherazi a rapporté l'ensemble des nouveautés postales dans un article de The Express Tribune, le premier mai : nouveaux tarifs en particulier, mais surtout la disparition des timbres-poste du courrier pour l'étranger.

La décision est prise après de nombreuses plaintes de destinataires signalant l'absence de timbres sur les enveloppes reçues, et du coût pour eux. En vocabulaire postal et philatélique : ils ont certainement eu à payer une taxe à l'arrivée.

Pakistan Post a déduit que cela correspondait au vol des timbres pendant le parcours pakistanais des envois : vol par le guichetier, au centre de tri ? Fréquent est le conseil de faire oblitérer devant soi les timbres d'une carte postale de vacances envoyée depuis le bureau de poste de certains pays. [J'ai d'ailleurs une carte postale qui s'est perdue depuis six mois au Sénégal...]

Pour Pakistan Post, cela ne devait pas poser de problème comptable au final puisqu'il y aurait reversement d'une partie de ces taxes de port dû... mais, moralement d'une part, et en terme de coût de postiers des autres pays : quelle réputation pour le Pakistan !

Le journaliste évoque le remplaçant du timbre : "a seal", un sceau... Retraduisons en postal-philatélique : un timbre humide, un coup de tampon, une marque postale donc...

En effet, les bureaux de poste pakistanais doivent disposer de machine à affranchir : une lettre pour l'étranger, zou dans la machine et l'ordinateur tiendra la comptabilité. Mais, en l'état de l'article, ceci est une hypothèse personnelle.

Car : et dans les bureaux des régions rurales et montagneuses du pays ? Ensuite, cela signifie qu'il faut désormais se rendre au bureau de poste à chaque envoi international ordinaire... Fini la réforme postale de 1840.

Quand les premiers collectionneurs recevront du courrier du Pakistan, nous verrons la solution en place.

Côté philatélie, les conséquences seront minimes : en 2019 et 2020, le Pakistan n'a émis quasiment que des timbres pour le premier échelon de poids de la lettre intérieure.

jeudi 7 mai 2020

Collectionner des passeports : retrouver l'histoire

Philatélie fiscale aujourd'hui.

Depuis quelques mois, je suis les publications d'un collectionneur de passeports et de documents officiels de voyage : Neil, alias "Our Passeports" @ourpussports sur Twitter et qui a aussi un site web.

Une collection difficile de mon point de vue puisque ces documents sont rendus à l'administration d'origine et détruits en cas de renouvellement, et qu'advient-il de ceux des personnes décédées ? Conservés tant qu'un descendant y attache une valeur sentimentale ?

Neil est spécialisé dans les documents et passeports liés à la Seconde Guerre mondiale, notamment émis par les pays de l'Axe (Allemagne nazie, Italie fasciste, Japon impérialiste), leurs alliés ou les territoires occupés.
Aristides de Sous Mendes, sujet d'un timbre Europa en 1995 au Portugal ;
la thématique des Justes parmi les nations permet de retrouver ces héros de l'administration.
Cela comprend les documents de circulation obtenus par des personnes juives soit pour fuir l'Europe, notamment les visas délivrés par de courageux consuls à contre-courant des consignes de leur gouverment, tels le portugais Aristides de Sousa Mendes à Bordeaux, le japonais Chiune Sugihara en Lituanie.

Mais, aussi des autorisations pour que ces juifs puissent débarquer dans un pays d'Amérique ou en Palestine sous mandat britannique. Cela permet de retrouver des parcours individuels pendant les années trente ou la guerre.

Les dates extrêmes des représentations diplomatiques de l'Axe à l'étranger apparaissent régulièrement : derniers documents nazis émis au Japon en avril-mai 1945 ou peu avant la « libération » d'un pays d'Europe de l'Est par l'Armée rouge.

Au détour des pages, des timbres fiscaux pour payer ces visas. À mes yeux, de beaux fiscaux à l'effigie de George VI sur les passeports de voyageurs à destination de la Palestine, mais tous les pays et leurs timbres finissent par se dévoiler au lecteur, y compris les traditions administratives asiatiques aux tampons fort différents.

Pourquoi en parler aujourd'hui ? Parce que Neil présente une couverture de passeport qui rejoint ce que savent les collectionneurs de timbres de l'entre-deux-guerres.
Couverture d'un passeport de la Ville libre de Danzig (années 1920-1939), collection @Ourpussports.

La Ville libre de Dantzig fut une entité politique indépendante de l'Allemagne et de la Pologne, entre les deux guerres mondiales, le temps pour la Société des nations de définir le souhait de sa population.

Entité autonome signifie qu'elle a émis ses propres passeports et ses propres timbres de 1920 à 1939 (les habitants pouvaient aussi utiliser des timbres polonais surchargés s'ils passaient par le bureau de poste polonais).

Par extension, cette collection peut se diriger vers une collection de documents d'origine administrative, tel celui-ci illustrant une réquisition de pommes de terres auprès d'un fermier polonais en 1942.

La version initiale de cet article est parue sur le site de l'Association philatélique montpelliéraine, le mercredi six mai 2020.