vendredi 17 janvier 2020

Allégorie vidéo-ludique






Collectionneurs français à l'ouverture d'un salon parisien
en cas d'émission spéculative (allégorie).
Royal Mail, émis le vingt-et-un janvier 2020.






La poste du Royaume-Uni va émettre huit timbres et un bloc sur des jeux vidéos créés par des studios britannique... et chance pour l'acceptation de l'émission par les « collectionneurs sérieux », l'industrie locale a quelques succès, dont Lemmings où vous tentez d'éviter la mortelle marche sans but de bestioles, et Populus où, en divinité, vous créez et développez votre civilisation.

Combo avec le bloc consacré aux jeux vidéo Tomb Raider dans lesquelles Lara Croft permet de jouer à l'archéologue-aventurier : son studio d'origine et le personnage sont tous deux d'outre-Manche !

Ma génération espérant que cette première série aura une suite tout aussi éclairée.

mardi 14 janvier 2020

Cartographie recyclée en Allemagne

Intéressant courrier allemand pour amateur de cartes topographiques.
Enveloppe expédiée d'Allemagne pour la France, entre cinquante et cinq cents grammes... vingt centimes d'euro de trop en affranchissement fleuri.
L'enveloppe est fabriquée à partir d'invendus cartographiques !
Dépliée, un bas de carte topographique allemande.
Le courrier permet des surprises (mauvaises, mais aussi bonnes) : ici une information commerciale attendue, des timbres autocollants d'usage courant...

... et aussi de découvrir un coin de la campagne est-allemande : la commune de Klötze en Saxe-Anhalt, près de l'ancienne frontière inter-allemande.

Très bonne initiative du fabricant recycleur Direct Recycling.

vendredi 3 janvier 2020

Fin de la libéralisation du courrier aux Pays-Bas ?

Le premier février 2020, le paysage postal néerlandais se sera restreint avec la disparition de l'entreprise Sandd au sein de l'opérateur historique PostNL.

L'aventure aura duré de 1999 à 2020 donc, profitant progressivement de l'ouverture à la concurrence du marché aux Pays-Bas : imprimés adressés et colis d'abord, lettres de plus de cinquante grammes à partir de 2009 et tout courrier depuis 2017.

L'année 2019 a été marqué par la tentative de PostNL d'acheter son concurrent. Initialement refusée en septembre par l'autorité de la concurrence craignant le monopole et l'augmentation des tarifs postaux, la reprise est autorisée quand même par le gouvernement avec la mise en place de garantie sur le taux maximum de marge et le prix ainsi maîtrisé demandé client final du service postal (voir l'article de la Wikipédia en néerlandais pour un résumé).

En lisant d'autres articles sur d'anciens opérateurs privés (le Réseau VSP et Selekt Mail) et régionaux (Van Stratten Post), hors des concurrents internationaux dans la messagerie et les colis, le marché national du courrier semble redevenir un monopole aux Pays-Bas.

Dans ces questions fréquentes, le site de Sandd affirme que « Maintenir deux réseaux de messagerie pour de moins en moins de courrier est trop coûteux et non durable. Avec un réseau postal néerlandais solide, nous gardons la livraison du courrier fiable, accessible et abordable pour tout le monde aux Pays-Bas. La fusion apporte également plus de sécurité d'emploi à des milliers de livreurs de courrier et permet de continuer à faire face à la contraction du marché postal de manière sociale. » (Merci à Google pour la traduction automatique)

... dans un pays où, par souci d'économie, PostNL ne possède plus de bureaux, vend ses timbres-poste en carnets dans les commerces divers et avait eu, un temps, le projet de ne plus oblitérer du tout le courrier !

Pour les philatélistes et les historiens postaux, l'aventure Sandd peut se retrouver puisque les clients-entreprises pouvaient illustrer leur courrier de timbres ou d'illustrations s'en approchant en respectant certaines règles qui se retrouve dans le Guide du courrier codé de Sandd pour 2019 : ne pas utiliser les noms et logotypes des concurrents, le nom du pays ou l'image du chef de l'État.

Une recherche Google paraît montrer un graphisme simple pour les timbres émis par Sandd : carré, fond uni, valeur faciale en toutes lettres, et parfois des décorations : annonce de naissance, et les timbres de Noël - une tradition aux Pays-Bas de proposer des timbres moins chers pour le courrier de décembre.

Pour les timbres de Noël 2019 (dix-huit novembre au trois janvier), une série de vingt de messages est vendue sous la marque des drogueries Etos qui font partie des commerces du centre-ouest des Pays-Bas proposant les services de Sandd.
Le modèle de port payé à imprimer sur le courrier confié à Sandd (site web de l'opérateur).
Selon le service acheté, un code permet de reconnaître le courrier transmis par Sandd (outre la mention « Port Betaald Saand » / Port payé Sandd) un code-barre à dix chiffres pour le courrier en vingt-quatre heures et un adressage plus habituel pour le courrier en trois jours. Ce dernier étant le service offert à tous depuis 2017 : deux distributions par semaine (mardi et vendredi) contre cinq pour PostNL (mardi-samedi) avec un dépôt dans des boîtes spécifiques dans les commerces-dépôts de DHL en 2017.

Le tarif était intéressant : en 2017, un timbre de soixante centimes d'euro jusqu'à cinquante grammes au régime intérieur, deux pour le tarif international, contre soixante-dix-huit centimes pour PostNL.

L'aventure est terminée, trop peu de courrier étant envoyé...

mardi 31 décembre 2019

Bientôt beaucoup de timbres sur les Îles Éparses ?

Les Îles Éparses de l'océan Indien ont acquis une certaine notoriété philatélique depuis leur intégration en 2007 aux Terres australes et antarctiques françaises, au programme très local.

À la même période, les gouvernements français ont tenté de négocier avec Maurice et Madagascar une forme conjointe de gestion des zones économiques exclusives de ces îles... alors que ces deux États revendiquent ces terres isolées et que des parlementaires français se sont montrés très opposés.
Enveloppe premier jour de l'émission d'août 2019 : la carte rappelle que les revendications mauritiennes ne concernent pas seulement l'archipel des Chagos évoqué par les deux timbres.
Après la cartographie timbrée de décembre 2017 suite au vote à un vote à l'Assemblée générale des Nations unies en juin 2017, Maurice a récidivé le vingt-trois août 2019 grâce à la Cour internationale de justice.

Le vingt-cinq février 2019, celle-ci a prononcé un avis sur la manière dont le Royaume-Uni a procédé à la décolonisation de ses colonies de l'océan Indien. Elle estime que le fait d'avoir séparé, en 1965, l'archipel (peuplé) des Chagos de Maurice est illégal et que le gouvernement britannique doit mettre fin à sa possession de l'archipel, dont une île est louée aux États-Unis et constitue leur principale base entre Afrique et Asie.
Et, en novembre 2019, la France entre dans le jeu de la « guerre philatélique » avec ce timbre sur Tromelin au tarif international (via Phil-Ouest.com).
L'implication de cette décision peut aussi concernée à terme la France et ses îles inhabitées (sauf par des scientifiques et des militaires). Déjà, suite à leur choix distinct par deux référendums en 1974 et 1976, la séparation de Mayotte de l'archipel des Comores suscite des rappels comoriens au sein des institutions de l'Union africaine et des Nations unies.

Les philatélistes savent les nombreuses variations des limites coloniales françaises dans l'océan Indien : depuis une série par île jusqu'à l'inclusion des Comores au sein de Madagascar en 1912, avant leur séparation en 1950... Beaucoup de timbres aux noms de « pays philatéliques » variés.

Et les îles Éparses justement...

N'ont-elles pas été séparées opportunément avant le processus de décolonisation au détriment des nouveaux États de Madagascar et de Maurice ?
La une de La Gazette de la Grande Île du samedi sept décembre 2017, en pleine consultation sur les Îles Éparses à Madagascar (site web du journal).

Cela a justement fait l'actualité fin 2019 dans la Grande Île.

En 1979, l'Assemblée générale des Nations unies déclara arbitraire la séparation des îles Malagasy et de Tromelin de la colonie de Madagascar... Depuis, les problèmes de développement et de paix civile ont empêché Madagascar de poursuivre ses revendications.

Début décembre, pendant trois jours, une grande consultation a eu lieu sur ces îles. Le point de vue du journal La Gazette de la Grande Île est sans appel, dans son édition du sept décembre : « Ici c'est Madagascar » en réponse à la visite des îles Glorieuses par le Président de la République française en octobre dernier.

L'argumentaire ressemble à celui de Maurice pour Chagos et Tromelin : à l'époque coloniale, chacune des Éparses était incluse dans une des provinces de Madagascar. Et la proposition de cogestion sous souveraineté française lancée 1999 est rejetée.

Les gouvernements malgaches semblent plus prudents malgré l'intérêt pour les richesses minières aux marges maritimes de ces îles qui aideraient bien au développement.

Alors, d'ici juin 2020 et un possible aboutissement des négociations franco-malgaches, les premiers timbres de Madagascar sur les « îles Malagasy » et Tromelin ?

samedi 28 décembre 2019

Un pèse-lettre aux tarifs de 1976

En passant dans les bureaux administratifs de mon emploi, se visite une antiquité des années 1970 : une balance pèse-lettre dont la face avant permet de déterminer rapidement le tarif postal à appliquer.
Le pèse-lettre d'antan, trônant dans une salle logistique... La récente machine à affranchir, elle, se trouve dans un bureau, dépendant directement d'un personnel.
 Elle permet(-tait) de peser lettres et colis jusqu'à un kilogramme, mais grâce à ses poids (deux d'un et un de deux kilogrammes), on peut déterminer la masse des colis plus lourds.

Zoom sur les tarifs postaux : un moyen simple... en espérant avoir en réserve les timbres-poste nécessaires à l'appoint.

Tarif de la lettre prioritaire en blanc, avec en-dessous la recommandation ajoutée, plis non urgents, puis les colis, paquets-poste.

À l'aide du fort pratique Tables of French postal rates 1849 to 2011 de Derek Richardson (4e édition, ISBN 0951960172 pour le commander), ces tarifs sont ceux du deux août 1976, ce qui correspond bien à l'ouverture des locaux.

Bien entendu, depuis, c'est une machine à affranchir qui a pris le relais de toutes les étapes d'envoi des correspondances physiques : pesée, sélection du service, impression de l'affranchissement.

L'absence de timbres-poste simplifie évidemment l'activité du personnel administratif (pas de stock de valeurs), et la mise à jour du logiciel est, certes coûteuse, mais plus pratique que...

...

À ma prochaine visite chez mes collègues de bureaux, il faudra que je vois comment ce pèse-lettre peut se démonter pour changer la feuille de tarifs.