samedi 21 octobre 2017

La philatélie algérienne par ses présidences

Pour la rentrée de sa chronique philatélique hebdomadaire du jeudi dans le quotidien El Watan, Arslan Selmane a proposé cinq articles racontant l'histoire politique de la république algérienne - qui est loin d'être un long fleuve tranquille - à travers les timbres-poste évoquant les présidents, les élections nationales, les institutions nationales mises en valeur ou les grands projets réalisés ou espérés.

Attention, ces articles ne sont que temporairement accessibles librement. Dépêchez-vous ou inscrivez-vous à El Watan.

1 : L'éphémère présidence Ben Bella, article du quatorze septembre.

2 : La présidence Boumediène et les projets du socialisme, article du vingt-et-un septembre.

3 : La controversée présidence Bendjedid, article du vingt-huit septembre.

4 : Les tragiques années 1990 et ses trois présidents, article du cinq octobre.

5 : La longue présidence Bouteflika et les premières émissions imposées par la République populaire de Chine - une plaie pour de nombreux opérateurs postaux africains, article du douze octobre.

L'article de cette semaine, publié jeudi dix-neuf, est plein d'espoir dans les jeunes générations avec l'École algérienne, « grand laboratoire d'expérience », mise en valeur par les timbres.
Affiche du Salon national (site d'Algérie Poste).
Pour terminer, Algérie Poste organise un premier Salon national de philatélie, du mardi trente-et-un octobre au vendredi trois novembre au Musée national de l'art moderne et contemporain, à Alger.

Salon et exposition qui concluront l'année des cinquante-cinq ans du premier timbre de l'Algérie indépendante, émis le premier novembre 1962.

dimanche 15 octobre 2017

Hasta la victoria sempre. Amen.

En une semaine d'octobre, An Post a réussi une audacieuse figure φl@télico-politico-religieuse qui a placé le timbre-poste dans les médias de très nombreux pays tout en satisfaisant les plus modestes des Irlandais. Et, trèfle à quatre feuilles sur le leprechaun, parvenir à respecter la logique des anniversaires commémoratifs.
Centenaire des révolutions russes... centenaire de l'insurrection de Pâques 1916... et un photographe irlandais (boutique d'An Post : épuisé).
Le jeudi cinq octobre, est émis un timbre d'un euro pour le cinquantenaire de l'assassinat du révolutionnaire communiste argentin - ou de la libération du monde d'un terroriste criminel de guerre cubain pour le lecteur bourgeois - Ernesto « Che » Guevara.

Effigie noire au visage blanc et étoile jaune, l'agence Red & Grey a mis en rouge la réinterprétation noir et blanc de 1968 par l'Irlandais Jim Fitzpatrick de la photographie icônique du Guerrier héroïque prise en 1960 par le Cubain Alberto Korda.

Pourquoi le Che commémoré sur un timbre d'Irlande se demandent journaux et participants de réseaux sociaux ?

Son arbre généalogique ayant des racines irlandaises ? Le fait qu'alors ministre cubain, il a passé une longue escale due au mauvais temps à l'aéroport de Dublin en 1964 ? La nationalité de l'artiste toujours aussi engagé et moderne (sur Twitter et Instagram) ? Souhait de participer à la thématique centenaire de la Révolution d'Octobre ? Neutralité politique d'An Post qui avait besoin d'un quota d'extrême-gauche ?

La citation attribuée au père d'Ernesto m'amuse davantage : « Dans les veines de mon fils coule le sang des rebelles irlandais ». Ce timbre serait donc une provocation envers l'envahisseur anglais :)

Le résultat fut immédiat : articles et débats donc publicité gratuite, d'où vente très rapides du tirage de cent vingt-deux mille timbres, avec nécessité d'un nouveau tirage pour servir les abonnés.

Mais alors quel timbre à message fort reste-t-il disponible pour les malheureux Irlandais arrivant trop tard dans leurs bureaux de poste ?
Une autre icône sous la forme d'une statue : photographie par un archevêque, mise en forme par un diacre (boutique d'An Post).
Le timbre Postcrossing bien sûr !

Ou depuis le jeudi douze, celui du centenaire des apparitions de la Vierge Marie à Fátima, au Portugal... La poste irlandaise est ouverte au monde ce mois-ci.

Marie, mère d'un autre révolutionnaire des relations entre Dieu et ses fidèles par la réinterprétation fort débattue alors de ses règles et dont le sacrifice a marqué des générations - ou une affabulatrice adultère dont le récit accaparé par l'Église permet de vendre de l'opium aux prolétaires depuis deux mille ans pour le lecteur « bouffeur de curé ».

C'est sûr que ce timbre permet davantage une réflexion lentement mûrie, la méditation, l'inspiration de simples et invisibles actions bénévoles de celles qui soulagent un peu le quotidien des autres...


... Reste à trouver comment, dans notre monde de corporations déshumanisantes poussant à la sur-consommation et aux dirigeants politiques susceptibles de causer des conflits meurtriers, parvenir à trouver comment le Che et la Vierge peuvent nous inspirer une durable réforme ni trop hâtive, mais ni trop lente des comportements de notre espèce sur la seule planète qui lui est disponible.

mardi 10 octobre 2017

Lego postaux retrouvés au grenier...

... enfin dans la chambre de mes neveux qui ont récupéré mon stock de briques :
L'enseigne du bureau, une boîte aux lettres et un facteur des années 1980 - la casquette n'est pas d'époque... mais je n'ai pas retrouvé le casque de moto rouge.
À l'occasion d'une demande d'aide au remontage d'un commissariat et d'une caserne de pompiers, j'ai fouillé la caisse à personnages - complétées depuis mon enfance par des ninjas et les versions briques des super-héros de DC Comics et de Marvel - et commencer à retrouver les éléments des Lego postaux que j'évoquai lors de l'article de Noël 2016.

Les murs bleus et les tuiles noires du bureau de poste devraient facilement se retrouver au prochain montage des véhicules de police... mais la lubie démonteur-mécanicien du plus jeune risque de rendre difficile la reconstitution du side car de la boîte 6622.
La boîte aéropostale de 2016 n°60100 (site officiel français de Lego).
La thématique postale chez Lego a un peu progressé en 2016 avec une petite « boîte de démarrage de l'aéroport » comprenant un hélicoptère de transport de courrier, ses mécanicien et contrôleur aérien et une postière. Un service exprès ou pour accéder aux lieux isolés : villages de l'Alaska ou cirques de la Réunion ?

Et une boîte aux lettres rouge avec un nouveau logotype postal : une enveloppe ailée remplaçant l'enveloppe au cor de poste.

À suivre...

mercredi 4 octobre 2017

Demain, le 36e timbre Postcrossing sera irlandais

Demain, jeudi cinq octobre 2017, le trente-sixième timbre sur Postcrossing sera émis par la poste de la République d'Irlande, information signalée par le blog du site de correspondance en aveugle par cartes postales.
Des cartes timbrées circulant entre de jeunes gens (via le blog de Postcrossing).
Le dessin de Cathy Dineen illustre bien l'objectif de cette activité. Le tarif d'un euro et trente-cinq centimes correspond au tarif de la carte postale et de la lettre standard pour l'étranger (Grande-Bretagne, Europe comme reste du monde).

Pour que le timbre-poste ne soit pas qu'une collection neuve enfermée dans des albums, pour découvrir la philatélie d'autres pays et leurs oblitérations : participez !

Le Catalogue des timbres Postcrossing reste à jour sur la partie anglophone de ce blog.

lundi 2 octobre 2017

Genève, point de départ de l'unification postale helvétique

Jeudi dernier, le vingt-huit septembre 2017, la Royal Philatelic Society London a proposé une conférence de Jean Voruz, l'actuel président du Consilium Philateliæ Helveticæ. Son objet est une spécialité, sans cesse approfondie par son chercheur ces dernières années, du passage de la poste cantonale de Genève à la poste fédérale suisse.

En introduction, l'orateur rappelle qu'il faut unifier dix-sept postes cantonales jalouses de leurs revenus, une grande variété d'unités monétaires (plus de quatre cents !), de mesures et de poids, les douanes intercantonales. Système postal où il est plus simple et moins cher d'envoyer du courrier pour l'étranger lointain ou via la France qu'à travers la Suisse.
Le cœur de la simplification d'une histoire arithmétiquement audacieuse - oui, les pdf proposent également des timbres, des lettres et des marques postales à foison (copie d'écran du diaporama de Jean Voruz pour la conférence du vingt-huit septembre 2017 à la Royal Philatelic Society London).
À l'aide d'un tableau décomposé à chaque étape du plan chronologique et tarifaire, Jean Voruz explique comment, mi-dix-neuvième siècle, les autorités de la Confédération et Collignon-Faure, directeur de l'arrondissement postal fédéral n°1 [Genève et Nyon] ont établi une poste - et même une monnaie - fédérale à partir de celle du canton de Genève, déjà très liée à la France par les flux postaux et la parité monétaire.

La difficulté que les tableaux aident à saisir, est constitué des étapes monétaires, philatéliques et postales progressivement mises en place entre le premier octobre 1849 et le premier janvier 1852. Notamment les conversions arrondies plus ou moins logiques entre les rappen et les centimes de franc de Genève, futur franc suisse.

À partir de là, les courriers présentés au diaporama ou dans les cadres d'exposition illustrent les différents cas possibles au départ ou à l'arrivée de Genève... Et, probablement, la circonspection des usagers d'alors quand deux timbres de cinq ne forment plus un affranchissement de dix...

Ou encore que jusqu'en 1854, grâce au choix de l'extension du modèle genevois à l'ensemble de la Confédération, l'ensemble des timbres du canton de Genève et de Suisse sont valables sur le courrier au départ de ce canton puisque portant des valeurs faciales dans l'unité monétaire finalement choisie.

Et ainsi, par cette simplification, la poste participa à la consolidation d'une Confédération en un État bien plus solidaire qu'au cours des siècles précédents.

Les visiteurs du site de la RPSL trouveront un fascicule illustré tout aussi passionnant que la conférence dont l'adresse youTube est accessible aux membres ou sur demande au secrétariat de la Société.

Pour les lecteurs francophones peu versés dans la langue anglaise, un court article de Jean Voruz sur la question monétaire du franc de Genève, publié dans The London Philatelist en octobre 2012, est lisible en français.