mardi 31 mai 2016

George VI et la bataille du Jutland

Un de mes grands regrets dans la politique de nouveautés de la Royal Mail est l'absence d'émission-anniversaire consacrée au Roi George VI.

Cette réflexion me revient de nouveau alors qu'est célébré le souvenir de la bataille navale du Jutland qui opposa rapidement, et sans résultat probant, la Marine britannique et la Marine allemande au large du Danemark, dans la nuit du trente-et-un mai au premier juin 1916.

D'une formation navale, le Prince Albert, vingt ans, participa au conflit dans la marine et observa de loin la bataille depuis le HMS Collingwood. Ensuite, il fut envoyé dans la nouvelle armée de l'air dans une position de gestion.
Le Prince Albert au début de la Première Guerre mondiale (Archives royales via la page Facebook de la Famille royale britannique).
Retour aux timbres commémoratifs.

Né en 1895 : rien dans le programme philatélique pour le centenaire en 1995. Mort en 1952 : cette commémoration est oubliée pour les jubilés de règne de sa fille Elizabeth II.

Certes, son évènement en 1936 a donné lieu à une émission en 2006, « l'année des trois rois »... avec un bloc-feuillet très philatélistique : un Machin à trois livres sterling et des fac similés des timbres d'usage courant de George V, Edward VIII et George VI.
Émis le vingt-et-un avril dernier, Albert duc d'York et sa fille par Marcus Adams vers 1930 (boutique de Royal Mail).
Pour l'anniversaire de la Reine, il a fallu attendre cette année pour un timbre la montrant dans les bras de son père.
George VI dans la série des peintures des dynastes anglais et britanniques (février 2012)

Pour le soixantième anniversaire de sa mort, il fut un peu dissimulé dans la série des rois Windsor, dernière émission d'une série sur les familles royales anglaises. Même si je remarquai à l'époque, en février 2012, que la peinture choisie le montrait âgé et mature, ayant connu la Seconde Guerre mondiale avec Churchill... quant son frère abdicateur était le seul représenté jeune, alors qu'il n'était pas encore souverain. Sur le bloc-feuillet, un timbre rappelait le rôle joué par le couple royal pour le maintien du moral des Londoniens victimes des bombardements allemands.

C'est donc en invité inattendu qu'il faut rechercher le grand roi qui ne voulait pas l'être, comme en 1990. Après l'émission pour les quatre-vingt-dix ans de la Reine-Mère, sa veuve, la série suivante sur les médailles militaires en reprennent trois portant George VI en effigie.

Un jour peut-être, aura-t-il droit à une émission pleine et entière.

Aucun commentaire: