dimanche 24 décembre 2017

Du charbon (et un lapin) pour La Poste (et Presstalis)

Ah ! Les augmentations de tarifs de La Poste : moins de courrier donc affranchissements plus chers ! Logique pour un service universel imposé par l'État, actionnaire unique, demandant énormément de moyens techniques et financiers, mais pas dans la logique commerciale de guerre des prix auxquels les consommateurs français sont - trop ? - habitués.

Après la confrontation entre le manque estimé de qualité du service et l'augmentation du premier janvier 2018 par l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir, une pétition lancée par Éric Contesse, auteur du Blog timbré de ma philatélie, pour dénoncer le mal que va - de nouveau - faire cette augmentation sur les collectionneurs de nouveautés, voilà un exemple de râle de la presse imprimée.
Le consommateur pris pour un lapin ? Interprétation de l'état de la Direction Courrier de La Poste ? Candidature au prochain timbre de France d'usage courant ? (illustration de Didier Couly pour l'éditorial du numéro 372 de Canard PC daté quinze décembre 2017).
Certes, ce n'est pas l'auguste Monde diplomatique qui se plaignait de l'injuste politique de subvention aux magazines mensuels en janvier 2015, mais Canard PC ayant, derrière l'ironie de ses auteurs, une des rares indépendances de la presse d'actualité du jeu vidéo, l'éditorial du numéro double de fin d'année résonne particulièrement...

... surtout dans le numéro qui lance une série de reportages sur les conditions de travail dans les studios de jeux vidéo, en partenariat avec Mediapart, de la génération des sites d'actualité qui n'a jamais eu besoin de La Poste pour trouver ses abonnés.

Louis-Ferdinand Sébum y explique pourquoi le prix de l'abonnement au numéro imprimé va augmenter pour la première fois depuis 2010 : les augmentations successives et continues des tarifs postaux pour un magazine expédié au tarif P1 - et je témoigne que La Poste ne respecte pas toujours cette délivrance en un jour censé permettre aux abonnés de lire le numéro de la quinzaine le jour où il arrive en kiosque...
L'éditorial en version imprimée comprend la vignette ornée du lapin débile, mascotte des brèves d'actualité du magazine (illustration de Didier Couly pour l'éditorial du numéro 372 de Canard PC daté quinze décembre 2017).
Très visiblement inspirée de la Marianne et l'Europe d'Yves Beaujard - choisie et assommée par Nicolas Sarkozy, le timbre à dix mille brouzoufs au lapin-mascotte de la publication - de l'illustrateur Didier Couly - finit d'enfoncer le coin : c'est la faute de La Poste !

À soixante-dix-huit euros l'année pour vingt-et-un numéros à cinq euros quatre-vingt-dix, la lecture imprimée de Canard PC - donnant droit au site web complet - était une affaire...

Mais, par cette annonce et le prix à venir le quinze janvier de l'abonnement, combien de lecteurs habitués de la lecture sur écran la prochaine augmentation des tarifs postaux va-t-elle inciter à se contenter de l'abonnement au site web, actuellement à moitié prix et indépendant des affres postales ?

Complément du mardi vingt-six décembre 2017 :
Le soir du vingt-cinq décembre, Jérôme Lefilliâtre publie une inquiétante nouvelle pour la distribution en kiosque : le six décembre, Presstalis, une des deux entreprises du secteur en France, a annoncé qu'elle va retenir un quart des règlements vers les publicitations clientes pour conserver suffisamment de trésorier pendant les semaines à venir...

Donc, pour lire : s'abonner et enrichir davantage la poste qui prétend n'avoir pas assez à distribuer que l'éditeur du magazine ? Acheter chez le marchand de journaux, un des commerces de base du quartier et du village, et creuser le déficit du distributeur du magazine ? Un passage de tous les éditeurs au seul numérique... avec tout la casse sociale qui ira avec...

Complément du mercredi dix janvier 2018 :
Dans le numéro 373 de Canard PC, disponible aux abonnés sur le site web et à sortir le quinze janvier, Ivan le Fou explique aux lecteurs la confiscation surprise des revenus par Presstalis en insistant sur la dangerosité de la manœuvre pour les publications à petits tirages.

Le lien mène à un article réservé aux abonnés, mais un système de votes desdits abonnés peut rendre cet article lisible pour tous la semaine prochaine (du lundi quinze au dimanche vingt-et-un).

Aucun commentaire: