vendredi 31 juillet 2020

Montpellier philatélique : que se passe-t-il depuis 2017 ?

Autant dire qu'avant le milieu des années 2010, la carrière philatélique de la ville de Montpellier sur les timbres de France était très courte et très espacée : un blason en 1941 et le millénaire de la première trace écrite de son nom en 1985...

Certes, Michel Soulié, président de l'Association philatélique montpelliéraine, a bien montré dans de nombreux articles du printemps 2019 qu'on peut collectionner énormément de choses sur Montpellier :
Un point qui fait la thématique (site de l'Office des émissions de timbres-poste de Monaco via Colombes Philatélie).

- ajouter les manifestations sportives internationales que la ville peut co-accueillir avec d'autres villes : coupe du monde de 1998 sur timbre de France ou un point sur le timbre de Monaco pour la coupe du monde féminine de 2019 ;

- trier parmi les personnalités timbrifiées celles dont le passage montpelliérain est important : Rabelais, Auguste Comte ou Francis Ponge d'après Soulié dans son article pour La Philatélie française de mars-avril 2019 :

Mais comment estimer cette importance ? Auguste Comte est bien un natif et lycéen de Montpellier... et un philosophe parisien... Et dont l'hommage statuaire montpelliérain fut grandement détruit, et le buste oublié par le sauvageon-maire François Delmas... Oui, le même qui exila Louis XVI.

- partir des souvenirs créés par les associations philatéliques locales, parfois encore disponibles auprès du Trésorier de l'A.P.M. ;

- et, enfin, plonger dans l'histoire postale et la marcophilie... Un vaste monde postal, ferroviaire, etc.

Donc... 1985... 1998 par choix du service philatélique de mettre en avant les villes et non les gestes (coupe du monde de rugby 2017).

La trentième page de Montpellier Notre Ville n°456, daté août 2020.

Mais, d'un coup, les timbres s'enchaînent comme le magazine municipal de Montpellier en fait le bilan en une pleine page philatélique dans son numéro d'août 2020, diffusé depuis ce jour sur internet.

De février 2017 avec la Vue de village de Frédéric Bazille, lié - avec retard - à l'exposition itinérante 2016-2017 entre le musée Fabre de Montpellier, le musée d'Orsay de Paris et la National Gallery of Art de Washington, aux huit cents ans de la Faculté de médecine, en juin 2020...

... auxquels s'ajoutent le timbre sur la place de la Comédie - Grand Prix de l'art philatélique pour Sophie Beaujard - et le timbre de distributeur aux Arceaux à l'occasion de l'exposition nationale Phila-France 2019...
Au format A4, le feuillet personnalisé de 2018 comprend un message du Président de la métropole.

... plus le feuillet personnalisé commandé par la Métropole Montpellier Méditerranée et mis en vente dans les bureaux de poste en juillet 2018, présentant huit paysages ou éléments touristiques du territoire de l'intercommunalité.

Alors que certaines préfectures ont attendu deux cents seize ans leur premier timbre, comment Montpellier a-t-elle obtenu autant d'attention philatélique ? Sans même évoquer la ville de Lattes et son timbre caché de 1991.

Les élus semblent la piste traditionnellement explorée. Le maire Philippe Saurel, élu en 2014, battu en 2020, a pu faire partie de ceux ayant remarqué l'intérêt du timbre sur Frédéric Bazille, précurseur des impressionnistes et à la carrière fauché par le service à la patrie, alors qu'une exposition internationale avait lieu. En tous les cas, il a signé le bon de commande pour le feuillet personnalisé de 2018.

Pour ce timbre-tableau, n'oublions pas de saluer l'équipe du bureau Préfecture, en charge des ventes philatéliques, qui a accepté d'organiser le premier jour à la volée dans son espace de vente : on peut y rentrer une exposition - avec l'assistance des collectionneurs locaux - et un bureau temporaire !

La Fédération française des associations philatéliques est à louer dans sa recherche permanente d'associations pour accueillir son congrès annuel... Ça a bien raccourci l'attente d'un nouvel anniversaire au chiffre bien rond.

Et, en parlant chiffre rond : qui pouvait prédire que le timbre-poste commémoratif eut été un des moyens recherchés par les organisateurs des huit cents ans de la Faculté de médecine. Ils disposaient pourtant de leur musée d'anatomie (une visite toujours très recherchée lors des Journées du patrimoine), d'un partenariat avec le musée Fabre pour une exposition Art et Anatomie jusqu'à fin août, et un livre sur l'histoire de l'enseignement de l'anatomie à Montpellier, tout juste sorti.
Un mode d'emploi qui aurait bien servi lors de l'introduction des timbres autocollants en 1990 (via le fil Twitter de Phil@poste).

Quant aux Montpelliérains d'adoption que sont les Lapins crétins... Les choix publicitaires de La Poste pour son carnet humoristique de juillet 2020, ils sont aussi mystérieux que la mondialisation des studios de jeux vidéos : griffonnés par le dirigeant français d'Ubisoft, ils servirent d'adversaires au héros Rayman dans le jeu que le studio Ubisoft Montpellier, à Castelnau-le-Lez, programmait alors au début des années 2000. Un besoin capitaliste différent, et ils auraient été dessinés et animés par les studios montréalais, shanghaïen ou casablancais du même groupe breton.

L'imagination du collectionneur thématique, des associations toujours à disposition pour rappeler que les timbres et le courrier existent, la diversification des moyens de communication par les acteurs politiques et économiques régionaux,...

La recette du Montpellier philatélique des années 2010 ?

Aucun commentaire: