samedi 11 août 2018

Traces écrites de l'Occupation des Pays-Bas

En recherchant des informations sur les auteurs de Paper Trails, publié cette année par la Royal Philatelic Society London, j'ai pu visionner la conférence de mai 2015 de Kees Adema au Collectors Club de New York sur ce sujet dont il préparait alors le livre.
Orange, la couleur de l'espoir résistant, explique Adema en 2015 : le timbre orange à l'effigie de la Reine en haut, les valeurs complémentaires en-desous... Enfin tant que l'occupant a toléré la Reine en exil sur les timbres (couverture du livre).
Le propos de 2015 est un brillant résumé des objectifs des auteurs pour toucher un public philatélique étendu, depuis les collectionneurs de timbres aux historiens des routes postales complexes, en passant par les historiens en quête du sens intime des courriers expédiés et reçus.

En anglais et pas en néerlandais pour attirer de nouveaux collectionneurs et étudiants vers l'histoire postale des Pays-Bas et de ses colonies. Une période émouvante par ses tragédies dont Adema fut un jeune témoin : né en 1940, lui et sa famille sont expulsés d'Arnhem par les troupes allemandes lors de l'opération alliée Market Garden. Les maisons sont systématiquement pillées par les Allemands et les habitants qui revinrent chercher des biens furent fusillés.

Une présentation sommaire certes - un objet postal par partie du plan possible, mais à la profondeur historique et humaine me rappelant l'histoire de Jersey occupée racontée par Ron Brown à la RPSL en 2016 : de l'interruption brutale du courrier sortant, sa censure, les chemins de traverse pour le faire parvenir vers les pays alliés, le retour à la normalité à la Libération, et le courrier lié aux déportés...

Des anecdotes peuvent amuser ou intriguer, pour alléger la mémoire. Alors que le jour même de l'invasion l'armée allemande censure le courrier néerlandais, les postes françaises bloquent le courrier vers les Pays-Bas et le stockent... l'oublient... jusqu'en 1948 quand il est retrouvé. Les Français et 1940, une question de mémoire en effet.

Ou le parcours reconstitué d'un courrier des Pays-Bas occupé pour les Indes néerlandaises avant la conquête japonaise et, surtout, avant l'opération Barbarossa : par le Transibérien ! Ensuite, quand la guerre devient mondialement tous azimuts : passage par la Suisse puis le Portugal neutres pour une escale à New York ; ou expédition vers une connaissance résidant en pays neutre pour assoupir la censure, avant réexpédition au-delà.

L'ouvrage est en commande : Paper Trail. World War II in Holland and its colonies as seen through mail and documents , tout comme Detachment W de Derek Richardson. Ils rejoindront Timbres en guerre d'Alain Croix et Didier Guyvac'h, Band of Brothers de Stephen Ambrose et les mémoires d'Eugene Sledge qui servent de base aux séries télévisées Band of Brothers et The Pacific.

Sur Kees Adema et ses autres spécialités, notamment du courrier néerlandais pendant les troubles continentaux provoqués par les Français fin dix-huit-début dix-neuvième siècle, voir ses fiches sur le site de l'Académie néerlandaise pour la philatélie et de l'Académie européenne de philatélie.

Aucun commentaire: