dimanche 6 août 2017

175 trucs pour réussir l'exposition d'une collection

Encore une lecture estivale, mais incomplète car l'ouvrage se feuillette au gré des envies et des besoins du lecteur.

En 2016, l'American Association of Philatelic Exhibitors a publié The Path to Gold, le recueil des chroniques de conseils d'exposition que Steven Zwillinger a rédigé pour The Stamp Dealer & Collector de septembre 2009 à 2016, en plus de quelques articles parus dans le journal Philatelic Exhibitor de l'AAPE et son équivalent féminin WE Impressions.
La couverture du Chemin vers l'or (site de l'Association américaine des exposants philatéliques).
Abondamment illustré de pages de collections de toutes les classes d'exposition, sa lecture est passionnante, rappelant l'importance de l'esprit de recherche autant que celle de la présentation formelle, démontrant comment elle peut être innovante et utile au lecteur - jusqu'à l'exposition en trois dimensions.


Un point essentiel apparaît dès le cinquième point : « les pages les plus importantes de votre exposition ne sont pas montées dans les cadres ».

Et, en effet, les quelques discussions que j'ai pu avoir avec des collectionneurs est ce souci du synopsis, résumant la collection présentée au jury. L'exemple choisi est idéal et démontre l'intérêt de ne pas oublier les acquis de la rédaction scolaire et universitaire : le synopsis de deux pages d'Andrew McFarlane pour sa collection d'étude d'un timbre états-unien de poste aérienne de 1928 - oui, il y a même un site web accessible avec un code datamatrix - comprend quasiment toute l'étude, dans une forme permettant au jury de comprendre à la fois le cheminement de l'auteur, pourquoi étudier ce timbre de la manière choisie, quelles sont ses sources et comment il les emploie ou critique, ce qu'il y a, et même sans nuance, ce qu'il manque à cette collection.

Une fois lu, avec les deux pages de commentaires de Zwillinger, on pèsera le fait que, au bout de quelques expositions, le synopsis atteint quatre pages en 2016...
Bloc-feuillet au nom des Îles Cayman qui sert sur le synopsis de Janet Klug.
Pour se rassurer, un autre synopsis, bien plus court, est reproduit au cent quarante cinquième truc sur le code datamatric/QR code : comment Janet Klug présente-t-elle au jury sa collection Elmo loves stamp collecting, à partir du gentil personnage de l'émission jeunesse de télévision Sesame Street.

Adorable et drôle comme le personnage, tout en remplissant son rôle : les juges savent comment est organisée la rédaction de la collection et pour quelle raison. Mieux, une dose de dérision paraphilatélique est introduite en évoquant explicitement les juges et les médailles.


Bien évidemment, ce n'est pas le seul point approfondi par Steven Zwillinger. D'autres me reviennent spontanément : comment mettre en valeur les différences entre des types de timbres ou de surcharge difficilement discernable à l'œil nu, réfléchir à la forme et au fond de toutes les écritures depuis les niveaux de titres jusqu'aux légendes, jouer sur le format des pages selon les pièces à exposer, imprimer en un format plus grand et massicoter ensuite pour avoir une illustration d'arrière-plan pleine page, etc.

Et, surtout, prendre plaisir depuis la collection jusqu'au résultat, et surtout pendant la rédaction de l'exposition... Il y a même des trucs pour abandonner ! Une pièce, une partie entière, voire toute la collection prévue si son départ a été mal entamé.


Pour commander le livre, c'est par ici. L'index des trucs et astuces par là.

Bonne lecture.

Note du jeudi dix-sept août 2017 :
Le quatre août dernier, Steven Zwilinger a été élu président du conseil d'administration de l'American Philatelic Research Library. L'association gère la bibliothèque de l'American Philatelic Society, installée dans de nouveaux locaux depuis octobre 2016 au sein du siège de l'APS à Bellefonte, en Pennsylvanie.

Aucun commentaire: