mercredi 11 mai 2022

L'évolution de la poste coréenne dans "Navillera"

 Diffusé en mars-avril 2021, le feuilleton Navillera raconte comment un facteur à la retraite se lance dans le ballet à l'aide d'un jeune danseur prometteur, Lee Chae-rok. Le choix de la profession du personnage principal, Shim Deok-chul, permet de voir quelques évolutions de la poste coréenne des années 1970 à 2010.

Le feuilleton a été diffusé sur la chaîne de télévision sud-coréenne tvN et est disponible sur la plate-forme Netflix. Il est inspirée d'une bande dessinée de type webtoon, style coréen adapté à la lecture défilante sur un écran vertical de téléphone intelligent, publié par la plate-forme Kakao.

Le héros au début de sa carrière (vers 1970) en uniforme administratif dans un village de bidonville (copie d'écran du deuxième épisode).

Son métier est évoqué ponctuellement, sauf à trois moments pendant lesquels un flashback permet d'expliquer la réaction ou les actes du héros au temps présent. Ainsi, au terme du premier épisode, le maître de Lee lance un défi aux deux héros : Chae-Rok, manquant d'inspiration, devra enseigner le ballet à Deok-chul si celui-ci parvient à tenir une position en équilibre pendant une minute d'ici une semaine...

Le deuxième épisode constitue la semaine d'entraînement du septuagénaire qui se dit qu'il aurait débuter dix ans plus tôt alors qu'il avait encore son entraînement de facteur !

Deux timbres non oblitérés passent vite devant la caméra (deuxième épisode).

Mais il y parvient et, pendant la longue minute, le spectateur découvre comment le héros, vieux monsieur passe-partout, est devenu un jeune homme obstiné et efficace quand il débuta sa carrière de facteur.

Quelques années après (années 1980 ?) sur un scooter et une route verglassée... (septième épisode)

Quelques épisodes plus tard, alors que les deux héros aux antipodes s'entendent bien, le septième épisode croise les peurs de chacun : du manque d'argent pour Lee et de la neige pour Shim qui, à la surprise des plus jeunes que lui, sait conduire un scooter de manière professionnelle !

Le logotype de la poste coréenne entre 1983 et 2010 (via la base documentaire Commons de Wikimedia).

Séquence souvenir : dans les années 1980, la poste est sorti de ses uniformes. Ses facteurs ont des tenues identifiables plus civiles et des scooters au logotype à trois enveloppes sur fond rouge...

Ce n'est pas le logotype de la poste coréenne de 1983 à 2010 : serait-ce le précédent ? Une adaptation artistique pour la série télévisée ? 

Attention à la chute.

Le départ à la retraite du héros quittant une poste devenue une agence gouvernementale (onzième épisode).

Alors que l'intrigue cachée de Shim Deok-chul progresse, son épouse lui rappelle qu'ils ont affronté les aléas de leur vie modeste ensemble... et lui rappelle que, dix ans auparavant, vers 2010, elle l'a remercié pour tous ses efforts alors qu'il quittait pour la dernière fois le centre postal.

Un de ses collègues lui tient la porte, en uniforme de travail bleu sombre portant un logotype proche de celui de Korea Post, fondée en 2000, comme une agence du gouvernement.

Le logotype de Korea Post (via la base documentaire Commons de Wikimedia).

Premier constat : il semble que la série soit proche des symboles de la poste sud-coréenne.

Mais deuxième constat : les ressources sur internet, et même les Wikipédias en anglais et en coréen, sont minces sur l'administration postale coréenne avant 1983... Cet article méritera sûrement des retours quand je trouverai.

Le feuilleton est très prenant : peut-on avoir une passion exigeante à soixante-dix ans ? En montrant que chaque génération des personnages peut se poser la question à son âge : il n'est jamais trop tard pour se lancer... ou se relancer.

Dans le dernier épisode, trois ans après l'intrigue principale, Shim Deok-chul approche les soixante-quinze ans et distribue encore des lettres... Mais pourquoi ? [pas de divulgâchage]


dimanche 8 mai 2022

Concurrence papier-carton : un problème pour les timbres ?

 Ce dimanche huit mai 2022, Jérôme Lachasse du site d'information BFM résume la crise des industries et services liés au papier et à l'impression ces derniers mois, et pourquoi cela ne va pas s'améliorer.

Les rédacteurs en chef de plusieurs périodiques avertissent déjà depuis plusieurs mois leurs lecteurs sur des augmentations de prix à venir, encourageant les abonnements voire les abonnements aux versions numériques de leurs titres.

L'article explique notamment la logique de concurrence entre le papier et le carton quand l'industrie papetière doit choisir quel matériau produire avec du bois ou du papier recyclé. La tendance à consommer depuis chez soi valorise rapidement le carton d'emballage (voir mes articles sur « le carton philatélique »).

Or, le papier peut être recyclé en papier ou en carton, mais le carton ne se recycle qu'en carton... enfin, quand il est récupéré et revalorisé.

Le journaliste illustre comment le secteur de l'édition littéraire connaît des retards dans la publication ou des coûts accrus. Après ses alertes sur le naufrage de Presstalis, le dirigeant de Presse Non Stop (Canard PC) s'inquiète publiquement de l'avenir de la presse imprimée. À cela, Jérôme Lachasse ajoute le prix des encres et la difficulté à se procurer de l'aluminium (russe) et des plaques d'aluminium (ukrainiennes) pour le matériel d'imprimerie...

Une récente commande de timbres de Pologne : leur dimension au fil du temps traduit-elle la chèreté du papier ? Pour l'échelle, le timbre de solidarité avec l'Ukraine mesure 3,1 x 2,5 cm (au milieu gauche et scannés à l'envers...).

Le collectionneur de timbres saute donc à l'étape suivante : que va-t-il arriver des programmes philatéliques ?

Si les timbres de soutien à l'Ukraine sont arrivés rapidement dans quelques pays d'Europe centrale et orientale, j'ai remarqué qu'une partie d'entre eux paraissent plus petits que les timbres habituels de la poste nationale concernée.

Par exemple, sur le scan ci-dessus, plusieurs timbres de Pologne des dernières années : on remarque la petitesse relative du timbre de soutien à l'Ukraine et d'un des timbres (centenaire de la naissance du poète et résistant Krzysztof Kamil Baczyński) de 2021.

Un collectionneur spécialisé de Pologne dira s'il s'agit d'une tendance ou d'une exception. Mais, il est possible que le service philatélique a vu petit pour un timbre hors-programme demandant à puiser dans des stocks coûteux à renouveler immédiatement.

Quant est-il à l'imprimerie Philaposte de Boulazac, celle du service philatélique de La Poste française ? Voire, comme les billets de banque de plusieurs pays, ira-t-on vers une généralisation d'autres matériaux : carton fin, voire polymères, cette fois-ci, en dehors de toute émission-gadget ?

samedi 7 mai 2022

Du carton philatélique (3/3) : faire emballage de tout carton en Croatie

 Dernier envoi en date, après commande sur WOPA+la poste croate avec des principes d'emballage déjà vu... et une surprise.

Enveloppe à bulles comblant toutes les caractéristiques des derniers articles de ce blog.

Du colis japonais à la francophonie de l'Union postale universelle, l'enveloppe à bulles résume mes articles récents :

- un coup de tampon indiquant le port payé au bureau de Zagreb en haut à droite,

- oblitéré d'un timbre à date du quinze avril 2022 de Zagreb 10505,

- un autre tampon indique l'expéditeur en croate : le site Hrvatska pošta, à Velika Gorica, avec son logo actuel,

- au stylo une croix signale qu'il s'agit de l'expéditeur et complète du nom du pays en anglais : Croatie,

- étiquette R avec code-barres de recommandation accompagnée de deux autocollant Prioritaire / Par avion,

- et, enfin,  code-barres du facteur français lors de l'échec de la première délivrance complété d'un autocollant du relais postal urbain Monoprix où s'est effectué la délivrance.

Visible, en haut à gauche, une bande de scotch permet de sceller l'ouverture de l'enveloppe et reprend le titre et l'adresse du site postal de Velika Gorica. "Odjel skladisnog poslovanja" que Google traduit en site d'entreposage. Velika Gorica est la commune où se trouve l'aéroport international de Zagreb.

Une enveloppe en carton au format A4 scellée par le scotch postal croate. Il s'agit du second scotch postal montré sur ce blog après le marcophile ruban de Royal Mail en 2007.

À l'intérieur, une enveloppe en carton au format A4, scellée du même scotch, contient une enveloppe jaune portant quatre lignes pour un adressage (recyclage à la polonaise ?).

Pour rigidifier encore la pochette des timbres face aux postiers hargneux du monde hostile, la pochette est calée dans l'enveloppe jaune par un carton de 16,2 x 12,5 centimètres épais de deux millimètres !!!

Le carton de deux millimètres d'épaisseur et son surprenant autocollant.

Ces derniers mois, j'en ai vu du carton de service philatélique ou de collectionneurs exportateurs pour protéger des timbres commandés... mais pas aussi épais, ni avec un autocollant dessus qui montre quelle fut la vie antérieure du carton.

Merci à l'application Google Traduction : sous ce carton se trouva des timbres de la République croate de l'émission Locomotives de 2020.

L'émission des locomotives du cinq octobre 2020 (via Colnect.com).

En haut à droite, le petit texte indique comment ouvrir un paquet pour vérifier le nombre de timbres, avec un rappel qu'une ouverture totale ne permettra pas d'accepter de réclamation.

Enfin, une date imprimée (vingt-et-un septembre 2020) et une signature au stylo du contrôleur.

Ce carton fermait-il le colis reçu par la poste croate depuis l'imprimerie ? Un des colis confectionné pour être expédié vers chacun des bureaux du pays ?

En tout cas, pas de gaspillage, ces cartons servent à sécuriser les commandes philatéliques tout en dévoilant au collectionneur une des étapes précédant une émission de timbre.

Par contre, avec un carton aussi compact, ne serait-il pas possible d'utiliser des enveloppes cartonnées et à bulles plus petites ?

mercredi 4 mai 2022

Du carton philatélique (2/3) : recyclage de recommandé en Pologne

 Continuons avec l'enveloppe polonaise qui reprend un peu de plastique avec du papier-bulle : ce fait et d'autres éléments montrent que les services philatéliques prennent au sérieux les envois vers l'étranger. Il doit être très coûteux de s'échanger des courriers recommandés en cas de vols ou de dégradation du contenu.

La boutique web de Poczta Polska est disponible en polonais, allemand et anglais, les prix en złotys.

Recto de l'enveloppe recommandé du service philatélique polonais. Date d'expédition ? En tout petit en haut à droite.

Aucun timbre-poste... Un tampon polono-anglophone de ne pas plier. Le respect du français de l'Union postale universelle tient en deux mots enhaut à droite de numéro de la recommandation : « taxe perçue », qui est aussi le seul endroit où la date d'expédition est mentionnée : le quatre avril 2022.

Trois mots de français, tout le reste en polonais.

Google Traduction fournit une application sur smartphone qui propose des traductions à la volée.

On remarquera que la fermeture de l'enveloppe est scellée par la pochette plastique contenant les mentions d'expédition, de taxe perçue et de destination.

Ne passant ni par WOPA+, ni avec un paiement en carte bancaire ou par PayPal, c'est ma commande récente qui m'a demandé le plus de temps et qui encourage la marche à pied :

- 25 mars : commande réalisée sur la boutique web de la poste polonaise,

- 28 mars : envoi par courriel des coordonnées bancaires de la poste polonaise,

- trouver un jour pour aller au guichet bancaire pour effectuer un virement européen (plus frais),

- 31 mars : accusation de réception du montant de la commande,

- 1er avril : réalisation de la commande,

- 4 avril : expédition postale,

- 9 avril : premier essai de distribution par La Poste (reporté au relais postal urbain = autocollant Monoprix habituel),

- 12 avril : avoir le temps d'aller chercher le recommandé au dit relais.

Néanmoins, elle est très solidement fixée dans son enveloppe :

Un des quatre contenant de cette commande : une enveloppe à étiquette détachable.

Dans l'ordre de l'épluchage, après l'enveloppe à bulles, cette enveloppe blanche dont la partie jaune est adhésive et détachable. À la traduction, elle fait figure d'accusé de réception avec signature pour un envoi national.

A l'intérieur, deux cartons d'un millimètre d'épaisseur chacun maintenus par quatre autocollants faisant office de sceaux - impliable sauf à le faire violemment exprès - contient une petite enveloppe A5 à quatre sceaux avec les timbres commandés.

Un peu de plastique et d'adhésif, mais du carton solide.

On apprécierait juste que Poczta Polska accepte les paiements par carte bancaire internationale ou système de type PayPal, quitte à augmenter les frais d'expédition - ma banquière a été gentille de ne pas compter le forfait fixe du transfert qui coûtait la commande. Combien de clients abandonnent la transaction face à cette annonce au guichet ?

dimanche 1 mai 2022

Du carton philatélique (1/3)

 Petite série d'articles sur comment trois services philatéliques parviennent à empaqueter les commandes de timbres uniquement avec du carton.

En premier, l'efficacité autrichienne.

Le recto de l'enveloppe carton : en français, mais point de timbre-poste.

L'enveloppe en carton blanc ne porte pas d'affranchissement en timbre, c'est une généralité bien établie dans ces articles sur les envois de service philatélique.

Par contre, le français de l'Union postale universelle « Service des postes » côtoient l'allemand « Postdienst ». Mais pas pour l'avertissement de ne pas plier, formulé en anglais.

Côté verso, le sceau de fermeture en faveur de la collection de timbres.

Au dos, comme beaucoup des services philatéliques, la fermeture de l'enveloppe est scellée par, au choix, un coup de tampon avec l'adresse de l'expéditeur ou un autocollant.

Pour la poste autrichienne, c'est un autocollant jaune portant les marques et slogan de son service philatélique : PhilART, « Collectionner est un plaisir » et l'adresse du site philatélique.

Idée reprise avec le carton de protection à l'intérieur :

Le carton de protection des timbres.

Du service des collectionneurs (en haut à gauche) au slogan de la poste autrichienne : « Quand c'est vraiment important, utilisez plutôt la poste ».

Au verso, l'ensemble des coordonnées de contact... Malin pour gérer de suite un souci avec une commande arrivée incomplète ou abîmée - il en faudrait de l'incompétence pour plier cet ensemble de quatre épaisseurs de carton.

Dernier détail : les timbres sont emballés chacun dans une pochette individuelle ouverte sur deux côtés : pour accélérer et uniformiser la préparation de la commande ?

En tout cas, sachez-le, si vous commandez quatre timbres identiques, la bande sera pliée pour la rentrer dans la pochette.